Le Problème du mal radical (4)

Les Nouveaux Chemins de la connaissance
Date de diffusion : 26.03.2009
Invité : Michaël Foessel (philosophe)


Le fondement de ce mal ne peut pas, comme on a pris l’habitude de le dire communément, être situé dans la sensibilité de l’homme et dans les inclinations naturelles qui en dérivent. Ce n’est pas seulement qu’elles n’ont aucun rapport direct au mal (bien plutôt elles donnent à l’intention morale dans sa force l’occasion de prouver ce qu’elle est, intention de la vertu), c’est que nous ne sommes pas responsables de leur existence […] ; en revanche nous sommes responsables du penchant au mal qui, tandis qu’il concerne la moralité du sujet et découvre par conséquent en celui-ci un être qui agit librement, doit pouvoir lui être imputé comme à un être faillible.


Kant
, La Religion dans les limites de la simple raison (1793)

Le-problème-du-mal-radical-La-religion-dans-les-limites-de-la-simple-raison-et-Essai-sur-les-grandeurs-négatives
  • 1. Le mal radical à la racine de la liberté, penchant à privilégier ses désirs sur l'injonction morale.
  • 2. Origine insondable du mal car venant d'un acte libre donc d'une cause sans effet.
  • 3. Le concept de grandeur négative.
  • 4. Le mal ne résulte pas d'une ignorance parce que le bien ne résulte pas d'un savoir.
  • 5. Les affects versus les passions. La passion ou l'affect systématisé.
  • 6. Un mal inné... et contracté !
  • 7. Disposition originelle au bien, penchant au mal.
  • 8. La religion naturelle.
  • 9. Que m'est-il permis d'espérer ? Le souverain-bien.
Ce contenu n'est plus disponible au téléchargement.

 

...