Vivre et laisser mourir (Lucrèce)

Vivre et laisser mourir (Lucrèce)

Faire de la philosophie, c’est regarder en face ce qu’ordinairement nous nous attachons à ne pas voir. Or de quoi s’agit-il en premier lieu ? De la mort. Qui s’aventure à parler de la mort ne peut que déplaire. A moins, comme le fait Lucrèce, d’écrire en vers, d’enrober de miel l’absinthe de son propos, de créer un régal de lecture avec un propos en lui-même insoutenable.

Mrs. Dalloway – Virginia Woolf (I)

Mrs. Dalloway – Virginia Woolf (I)

« Mrs Dalloway dit qu’elle irait acheter les fleurs elle-même. » Ainsi commence l’aventure d’une journée, de juin 1923. Et le livre éponyme, enchanteur, de la grande Virginia Woolf, un fragment de réel offert en partage par celle qui ayant tout compris, vécut au-dessus de ses moyens avant de mourir comme l’un de ses personnages.

« Pensées », Pascal

« Pensées », Pascal

Nous naissons par hasard dans un monde qui s’en fiche, où nous finirons par mourir sans savoir pourquoi nous y sommes nés. Comment gérer cette affaire-là ? car c’est gênant tout de même. Faut-il être sérieux ou frivole, cigale ou fourmi ? Faut-il penser à la mort ou bien en écarter l’idée ? Honnêtement, les deux se défendent.