« La Force majeure », Clément Rosset

« La Force majeure », Clément Rosset

Les livres qui tiennent en quelques pages ne sont pas les plus mauvais. Car on peut tout dire en quelques pages. « La force majeure » est une grenade minuscule mais dont la densité compense le volume. Chaque phrase de ce livre est une perle. Chaque page contient une idée neuve. Il fallait un philosophe qui sût parler de la joie sans être ennuyeux.