L’ « Ethique » : Esprit et corps (2)

Les Nouveaux Chemins de la connaissance
Date de diffusion : 24.02.2009
Invitée : Julie Henry (doctorante et enseignante à l’ENS LSH)


I. J’entends par corps, un mode qui exprime d’une certaine façon déterminée l’essence de Dieu, en tant qu’on la considère comme chose étendue (voyez le Coroll. de la Propos. 25 part. 1). II. Ce qui appartient à l’essence d’une chose, c’est ce dont l’existence emporte celle de la chose, et la non-existence sa non-existence ; en d’autres termes, ce qui est tel que la chose ne peut exister sans lui, ni lui sans la chose. III. Par idée, j’entends un concept de l’âme, que l’âme forme à titre de chose pensante. Explication : Je dis concept plutôt que perception, parce que le nom de perception semble indiquer que l’âme reçoit de l’objet une impression passive, et que concept, au contraire, paraît exprimer l’action de l’âme.

 

Spinoza, Ethique (2ème partie).

Esprit-et-corps
  • 1. Une philosophie de la puissance.
  • 2. "Par réalité et perfection j'entends la même chose"
  • 3. La liberté c'est comprendre la nécessité.
  • 4. Une substance : Dieu et deux attributs: le corps et l'esprit.
  • 5. "L'esprit est l'idée du corps"
  • 6. Les notions communes.
  • 7. L'entendement ne se limite pas aux idées adéquates.
  • 8. Les passions tristes et les passions joyeuses.
Ce contenu n'est plus disponible au téléchargement.