L’ « Ethique » : Dieu et la causalité (1)

Les Nouveaux Chemins de la connaissance
Date de diffusion : 23.02.2009
Invitée : Meriam Korichi (professeure à l’université de Lille-III)


VI. J’entends par Dieu un être absolument infini, c’est-à-dire une substance constituée par une infinité d’attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie. Explication : Je dis absolument infini, et non pas infini en son genre ; car toute chose qui est infinie seulement en son genre, on en peut nier une infinité d’attributs ; mais, quant à l’être absolument infini, tout ce qui exprime une essence et n’enveloppe aucune négation, appartient a son essence. VII. Une chose est libre quand elle existe par la seule nécessité de sa nature et n’est déterminée à agir que par soi-même ; une chose est nécessaire ou plutôt contrainte quand elle est déterminée par une autre chose à exister et à agir suivant une certaine loi déterminée.

 

Spinoza, Ethique (1ère partie).

Dieu-et-la-causalité
  • 1. La causalité efficiente.
  • 2. Dieu est cause immanente et non transitive du monde.
  • 3. La nature naturante et la nature naturée
  • 4. La positivité des choses chez Spinoza.
  • 5. Le Dieu de Spinoza.
  • 6. Liberté et nécessité.
Ce contenu n'est plus disponible au téléchargement.