« La Peau de chagrin », Richesse des morts en sursis

« Il voyait la MORT. Ce banquier splendide entouré de courtisanes fanées, de visages rassasiés, cette agonie de la joie, était une vivante image de sa vie. Raphaël regarda trois fois le talisman qui se jouait à l’aise dans les impitoyables lignes imprimées sur la serviette : il essayait de douter, mais un clair pressentiment anéantissait son incrédulité. Le monde lui appartenait, il pouvait tout et ne voulait plus rien. » (La Peau de chagrin)

Ce contenu n'est plus disponible au téléchargement.

 

A la réalisation : François Caunac
Enregistrements : Jacques Roland lit La Peau de chagrin (Le Livre qui parle)
Date de diffusion : 14.12.2014