Plotin : une terrible beauté

Plotin : une terrible beauté

Le philosophe Plotin téta sa nourrice jusqu’à l’âge de huit ans. A l’exception de quelques frictions dorsales, il négligeait résolument de se laver ou encore de se soigner. Il souffrait aussi d’un flux de ventre qui le rendait pestilentiel et contraignait ses amis à changer de trottoir quand ils le croisaient. Quand les malheureux qui lui frictionnaient le dos moururent de la peste, il attrapa une esquinancie, qui, détruisant sa gorge, le rendit presque inaudible.