Voyage au bout de la nuit – Chez les Henrouille (4)

Voyage au bout de la nuit – Chez les Henrouille (4)

Notre vie est un voyage, dans l’hiver et dans la nuit. Nous cherchons notre passage, dans le ciel où rien ne luit. Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déceptions et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. Il va de la vie à la mort. Hommes, bêtes, villes et choses, tout est imaginé.

« Voyage au bout de la nuit », Céline (1)

« Voyage au bout de la nuit », Céline (1)

Les êtres vont d’une comédie vers une autre. Entre-temps la pièce n’est pas montée, ils n’en discernent pas encore les contours, leur rôle propice, alors ils restent là, les bras ballants, devant l’événement, les instincts repliés comme un parapluie, branlochants d’incohérence, réduits à eux-mêmes, c’est-à-dire à rien. Vaches sans train.