Post scriptum à cette Conversation des Absents.

La guerre est finie. La vie reprend, mais que sont-ils devenus?

20 avril 1920 André Elisabeth Jacquelin. 20 avril 1920 André Elisabeth Jacquelin.

André et Elisabeth Jacquelin auront deux enfants Claude né le 17 mars 1919 et Dominique né en 1923. André passera sans transition de la vie des camps à celle de l’hôpital. Il sera nommé médecin des hôpitaux en 1928, et finira sa brillante carrière comme chef de clinique à l’hôpital Necker. Il prendra sa retraite en 1958. Elisabeth est morte à Paris en 1970, André à Ascain, en 1975.

Claude Jacquelin bébé en 1920. Claude Jacquelin bébé en 1920.

Bernard Carré de Malberg après des études de droit à la Strasbourg rentrera au CIAL, la banque alsacienne de ses oncles Valentin. Il épouse en 1932 Marie-Louise de Müllenheim. Ils auront deux enfants Valentine et Jean-Baptiste. Lieutenant des chasseurs à pieds, Il sera tué dans les Vosges, aux combats de Lorraine, le 19 juin 1940.

Caroline Jacquelin est morte en 1931. Elle est enterrée au cimetière du Pecq à Saint Germain en Lay.

Raymond Carré Malberg sera nommé en 1919 professeur de droit constitutionnel à l’Université de Strasbourg. Il publie en 1920 Contribution à la théorie générale de l’État. Ce livre reste encore aujourd’hui, en matière de droit constitutionnel, une référence . Il meurt le 21 mars 1935 miné par l’arrivée au pouvoir d’Hitler et conscient de ce qui se joue à ce moment là pour l’avenir du monde… et de l’Alsace.

Marguerite Carré de Malberg restera à Strasbourg et au Canal jusqu’à la fin de ses jours, y compris pendant la guerre de 40. Elle sera expulsée vers la France en 1943 et la maison de nouveau liquidée. Elle meurt en 1960.

Félix Carré de Malberg sera Président du tribunal civil à Strasbourg de 1919 à 1927. Il sera nommé premier président de la cour d’appel de Douai en 1927, puis à Colmar de 1929 à 1936. Il jouera un grand rôle dans l’organisation de la justice française en Alsace après la guerre et dans l’harmonisation délicate du droit civil français avec le droit local. Réfugié à Clermont-Ferrand pendant l’occupation, il sera président général du GERAL (Groupement d’entraide des réfugiés alsaciens et lorrains), se mettant au service de ses compatriotes en difficulté : réfugiés, expulsés, évadés civils, déserteurs du Service du Travail et de l’armée allemande. Il recevra la médaille d’argent de la Reconnaissance française au titre de la Résistance. Il ne se remettra jamais complètement de la mort de François. Il meurt le 22 septembre 1949.

Odile Carré de Malberg épousera Alain Perrussel, futur colonel dans l’artillerie. Ils auront un fils François (1920-1950). Elle meurt en 1979.

Marie Carré de Malberg, et Marthe Grass resteront très proches d’Elisabeth Jacquelin et de ses enfants.  Marthe est morte en 1930, et Marie le 21 février 1949.

Le corps de François Carré de Malberg sera ramené en Alsace dans le petit cimetière de Wolxheim le 14 décembre 1921. Cela donnera lieu à une grande cérémonie.

Article paru pour le retour du corps de François Carré de Malberg à Wolxheim, le 14 décembre 1921. Article paru pour le retour du corps de François Carré de Malberg à Wolxheim, le 14 décembre 1921.

Et on ne sait rien de plus de la vie  d’Eugénie Gürling, de  Lépeule, de Dorvain ou de Mathieu Merklen.

Remerciements

A tous ceux qui ont collaboré en transcrivant ces documents pour que nous puissions mener à bien ce projet: Odile Darbelley, Marie-Odile Livet, Gabrielle, Pauline, Marie-Noëlle et Rémy Jacquelin.

A la mission du centenaire 14-18 pour la labellisation de ce travail.

Au DNA pour avoir toujours répondu à nos demandes et diffusé nos informations.

A France Culture pour nous avoir fourni la structure de ce blog, les moyens de lui donner une vraie visibilité et nous avoir laissé une complète liberté dans son élaboration.

Michel Jacquelin

 

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *