Où Raymond monte au front et où Caroline commente…

Où Raymond monte au front et où Caroline commente…

Devant la dépression de plus en plus marquée de sa fille, Raymond Carré de Malberg prend les choses en mains et décide d’écrire à André, non sans avoir lu toutes les lettres que ce dernier a adressé à Elisabeth depuis le début de l’année 1917… André plus affecté qu’il ne le pensait par sa rupture et encouragé par sa mère Caroline, se range facilement aux arguments de Raymond et renoue avec Elisabeth. Cette échange en dit long sur l’époque, le poids sur les relations amoureuses des différences sociales et des liens filiaux ou familiaux. (Publié le 11 janvier 2018)

Lettres d’un fils à sa mère

Lettres d’un fils à sa mère

Lettre d’un fils à sa mère. On sait qu’André Jacquelin s’emploie à minimiser pour sa chère mère les dangers qu’il court au front. Il parle de la pluie et du beau temps, raconte ses promenades avec son chien, laisse sa pensée vagabonder et  dans sa lettre du 27 mars pèse le pour et le contre: Doit-il épouser Elisabeth Carré de Malberg?

Février 1917, le froid…

Février 1917, le froid…

Nous plaçons ici une carte non datée d’un Turcos, Rabah Chabounies. Nous retrouvons aussi Jean Jacquelin, le cousin d’André, mobilisé depuis 1916. A la haine manifesté par l’un répond la déprime de l’autre. Une manière de faire contrepoint aux préoccupations sentimentales d’Elisabeth, à ses considérations sur l’aristocratie de l’intelligence (ou du sang) et aux routines de la vie de l’arrière. (Publié le 9 janvier 2018)

André reste silencieux…

André reste silencieux…

Ce mois de janvier 1917 voit  la  correspondance entre Elisabeth et André devenir quasi à sens unique.  Les lettre d’André se font rares… le 63ème régiment est depuis novembre à Biaches devant Peronne. Le 21 janvier le régiment est déplacé en Champagne. C’est la guerre d’usure, les deux artilleries sont toujours plus ou moins actives, causant de nombreux « accidents »… (publié le 8 janvier 2018)

La crise sentimentale

La crise sentimentale

La correspondance qui nous reste entre Elisabeth et André est dans cette période à sens unique. La lettre de rupture d’André a sans doute été détruite par ce dernier (comme il a aussi caviardé un certain nombre de lettres quand il les a relues après la guerre). Elisabeth s’inquiète à juste titre de son silence après ses vœux, puis tente de réagir.

Bonne année 1917

Bonne année 1917

André Jacquelin et Elisabeth Carré de Malberg  se sont vus à Paris.  Il lui envoie ses voeux de bonne année, espérant que 1917 verra la fin de la guerre. Après les éprouvantes semaines à Verdun, son régiment est maintenant, les pieds dans la boue, dans la Somme, un secteur plus calme. Sa lettre devient lyrique quand il décrit le ciel où l’on voudrait « presque s’anéantir ». Cette touche pessimiste trouve un écho dans la lettre d’Elisabeth et ses doutes sur l’avenir de leur couple.

1916, Récit d’une Année

1916, Récit d’une Année

Longtemps après la fin de la guerre, André Jacquelin a raconté dans un texte inédit sa vie et sa relation avec Elisabeth Carré de Malberg. On possède deux versions de ce manuscrit. Il nous parait judicieux ici d’en donner un extrait, quittant pour une fois l’ordre strictement chronologique des courriers, pour prendre le recul du temps. André y raconte ce qu’il ne disait pas, ce qu’il ne pouvait pas dire dans ses lettres à sa future fiancée et à fortiori dans celles envoyées à sa mère Caroline Jacquelin…