Liquidation ordonnée de la maison Carré de Malberg au Canal Wolxheim

Liquidation ordonnée de la maison Carré de Malberg au Canal Wolxheim

Comme le craignait Marie Carré de Malberg, l’annonce de la liquidation des meubles de la maison de famille en Alsace, est parvenue jusqu’en Bretagne… Raymond désabusé renvoie dos à dos les uns et les autres: « il est dur pour vous d’être placés entre la férocité des Allemands et la nullité des Français ».
Eugénie Gürling, elle,  fait part de ses mésaventures à l’usine d’obus et espère sans doute, en racontant les dangers qu’elle court, convaincre la famille Carré de Malberg de la prendre à leur service. (Publié le 18 février 2018)

Mai, le voyage en Bretagne

Mai, le voyage en Bretagne

Le 17 avril 1917, le 63ème Régiment d’Infanterie, le régiment d’André est relevé et quitte le front d’Alsace, il reste ensuite un mois près de Belfort, plus au calme…

L’organisation du voyage d’Elisabeth Carré de Malberg  à Lanloup près de Paimpol occupe une partie du mois d’Avril 1917. Elisabeth va y rejoindre Gaud Ropartz, la fille du compositeur Guy Ropartz. Marie Carré de Malberg doit chaperonner ces jeunes filles…  Elle accompagne bien volontiers sa nièce et son amie, trop heureuse de quitter Vesoul, un des points de repli de la famille,  à l’abri des bombardements allemands toujours possibles à Nancy ou  à Belfort. Marie Carré de Malberg bonne chanteuse lyrique, est très liée avec Guy Ropartz… (Publié le 28 janvier 2018)

Joyeux anniversaire François!

Joyeux anniversaire François!

 Elisabeth Carré de Malberg s’est abritée avec sa mère  à Vesoul (Nancy est régulièrement bombardé). Elle n’oublie pas son cher cousin François, même si celui-ci, depuis 6 mois, ne lui a pas écrit de lettre digne de ce nom. Que peut-on encore dire de la guerre au jour le jour? Le 5 Mars, François Carré de Malberg sort de son silence, et s’explique. (Mise en ligne 14 juin 2015)

Première blessure

Première blessure

Le 7 septembre 1914, François Carré de Malberg est blessé, peu gravement, au début de la bataille de la Marne. Le sentiment de soulagement domine et sa famille va peut-être le revoir,  pour la première fois depuis son départ au front! Effectivement, François convalescent circule: il va tout d’abord  voir Elisabeth, infirmière à Caen, puis  il se rend à Flers où sa mère et sa soeur Odile sont réfugiées  et enfin regagne  Belfort où réside toujours son père Félix.