« Le Feu » embrase Madeleine Chenest

« Le Feu » embrase Madeleine Chenest

On se souvient de Pierre et Jean  Chenest tous les deux morts au front dans les premières années de la guerre. Ils étaient très proches d’Elisabeth Carré de Malberg  et de sa famille. Madeleine Chenest, leur soeur, au caractère semble-t-il bien trempé, laisse dans cette lettre  (écrite entre le 2 et le 15 septembre) éclater sa passion pour un livre: « Le feu » (journal d’une escouade) d’Henri Barbusse. « Ce terrible « Feu » objet d’anathèmes des gens dit bien -pensants !… N’est-ce pas la marque des grandes choses : œuvres et gens … que d’avoir ses détracteurs haineux et ses partisans passionnés ! Je suis de ceux-là !  » écrit-elle avec une  rage, visible dans son écriture même. (Mis en ligne 22 septembre 2018)

Projets de vacances à Saint Gervais

Projets de vacances à Saint Gervais

André veut encore croire  qu’il va parvenir à aller avec sa mère Caroline et son demi-frère Henri à Saint Gervais retrouver Elisabeth.  Le passage de Félix et d’Hélène Carré de Malberg au Rozay complique les choses, sa permission recule au fur et à mesure que le temps passe… Le front est toujours calme et l’été pourri. (Publié le 18 septembre 2018)

14 juillet 1917, le défilé des drapeaux

14 juillet 1917, le défilé des drapeaux

Pour maintenir ou ranimer la flamme patriotique on organise, pour ce 14 juillet 1917, un défilé des drapeaux des régiments décorés. Ces « loques glorieuses » sont promenées dans Paris et André se félicite des quelques jours loin du front qu’elles vont offrir à leurs porteurs.
Le front, lui, semble calme, les nouvelles de l’étranger: Russie, Etats-Unis et Grèce sont bonnes; Raymond, habituellement si pessimiste, ne se soucie que du manque de tabac et du voyage solitaire d’Elisabeth en train pour les rejoindre à Saint Gervais…
Mais le premier anniversaire de la mort de François approche…
(Publié le 15 septembre 2018)

Liquidation ordonnée de la maison Carré de Malberg au Canal Wolxheim

Liquidation ordonnée de la maison Carré de Malberg au Canal Wolxheim

Comme le craignait Marie Carré de Malberg, l’annonce de la liquidation des meubles de la maison de famille en Alsace, est parvenue jusqu’en Bretagne… Raymond désabusé renvoie dos à dos les uns et les autres: « il est dur pour vous d’être placés entre la férocité des Allemands et la nullité des Français ».
Eugénie Gürling, elle,  fait part de ses mésaventures à l’usine d’obus et espère sans doute, en racontant les dangers qu’elle court, convaincre la famille Carré de Malberg de la prendre à leur service. (Publié le 18 février 2018)

Mai, le voyage en Bretagne

Mai, le voyage en Bretagne

Le 17 avril 1917, le 63ème Régiment d’Infanterie, le régiment d’André est relevé et quitte le front d’Alsace, il reste ensuite un mois près de Belfort, plus au calme…

L’organisation du voyage d’Elisabeth Carré de Malberg  à Lanloup près de Paimpol occupe une partie du mois d’Avril 1917. Elisabeth va y rejoindre Gaud Ropartz, la fille du compositeur Guy Ropartz. Marie Carré de Malberg doit chaperonner ces jeunes filles…  Elle accompagne bien volontiers sa nièce et son amie, trop heureuse de quitter Vesoul, un des points de repli de la famille,  à l’abri des bombardements allemands toujours possibles à Nancy ou  à Belfort. Marie Carré de Malberg bonne chanteuse lyrique, est très liée avec Guy Ropartz… (Publié le 28 janvier 2018)

Où Raymond monte au front et où Caroline commente…

Où Raymond monte au front et où Caroline commente…

Devant la dépression de plus en plus marquée de sa fille, Raymond Carré de Malberg prend les choses en mains et décide d’écrire à André, non sans avoir lu toutes les lettres que ce dernier a adressé à Elisabeth depuis le début de l’année 1917… André plus affecté qu’il ne le pensait par sa rupture et encouragé par sa mère Caroline, se range facilement aux arguments de Raymond et renoue avec Elisabeth. Cette échange en dit long sur l’époque, le poids sur les relations amoureuses des différences sociales et des liens filiaux ou familiaux. (Publié le 11 janvier 2018)