Et cette année que nous donnera-t-elle ?

Et cette année que nous donnera-t-elle ?

Elisabeth et André se revoient. Cela faisait deux mois qu’ils s’étaient quittés… La permission d’André lui a été accordée pour passer sa 13ème inscription à la Faculté de médecine. De retour au front, il fête son succès.

L’année 1917 se termine par les vœux d’Elisabeth pour 1918  en forme d’interrogation: « Et cette année que nos donnera-t-elle ? Ah ! Si seulement c’était la réalisation de notre bonheur, mon Chéri aimé ; pour vous, pour moi c’est tout ce que je lui demande… Et puis la fin de la guerre ! » (Publié le 7 octobre 2018)

Maurice Jacques alias Chatton…

Maurice Jacques alias Chatton…

Maurice Jacques, militaire de carrière, est le mari de Gabrielle Carré de Malberg la tante d’Elisabeth. Ils habitent Vesoul avec leurs trois filles (Geneviève (dite Vevette), Raymonde (dite Monda) et Jacqueline (dite Linette). Au début de la guerre, il a 53 ans  il occupe une fonction peu prestigieuse, il est colonel des services spéciaux de la 7ème région, ce qui lui vaut une certaine condescendance de la part de la famille Carré de Malberg. Depuis le courrier du 25 mars 1916, ses lettres se sont semble-t-il perdues. La mort de Monsieur Valentin lui donne l’occasion d’adresser ses condoléances à Raymond et à Marguerite; il raconte dans cette longue missive du 12 décembre 1917,  son expérience de la guerre tout en montrant l’importance de sa mission et son utilité sur le front. Il signe mystérieusement ses lettres « Chatton ». (Publié le 6 octobre 2018)