Verdun ou l’épouvante

Verdun ou l’épouvante

Verdun ou l’épouvante. L’épouvante pour André, médecin confronté aux souffrances provoquées par les  éléments destructeurs qui font rage.  L’épouvante pour Elisabeth qui le sait au coeur de la monstrueuse canonnade. Face à cela comment penser survivre? Comment  imaginer encore conserver de l’espoir? (Mise en ligne le 14 septembre 2015)

Verdun…

Verdun…

Le train a conduit André de la Somme en Lorraine. C’est la veillée d’arme avant de monter en première ligne à Verdun. Les lettres sont de plus en plus courtes, l’écriture d’André est plus désordonnée et la tension devient palpable. Même s’il voudrait envoyer des messages d’espoir à Elisabeth, il ne peut s’empêcher de penser à sa possible disparition, à l’impossibilité de tenir face « aux plus formidables agents de destruction que l’homme ait jamais imaginés ». (Mise en ligne 6 septembre 2015)