Le temps ne passe pas vite

Le temps ne passe pas vite

La composition de la population de blessés accueillis à l’ambulance du Lycée Malherbe de Caen, est révélatrice de la situation sur le front, tandis que la lecture des correspondances des prisonniers allemands par Paul-Louis Wenger semble donner des informations sur le moral des troupes du Kaiser. Raymond Carré de Malberg s’inquiète de l’état du Canal : des informations contradictoires circulent sur d’éventuels pillages et l’apparition du typhus dans les environs. A Nancy, comme sur le front, ce sont les premiers grands froids.

Roulé par une marmite

Roulé par une marmite

Odile continue à envoyer des nouvelles de Pierre Chenest à sa cousine : Pierre a été roulé par une marmite. Les blessés sont rarement envoyés à Paris. Cette pratique continuera jusqu’à la fin de la guerre, pour empêcher que la propagande soit contredite ou que les idées pacifistes ne se répandent.  Pourtant, une nuit on sonne chez Madame Chenest…

Ruses de guerre

Ruses de guerre

Si la famille Carré de Malberg s’inquiète pour son héros François, Elisabeth a un autre sujet de préoccupation: Pierre Chenest. Cet amour (qui ne semble que peu partagé) doit rester secret et elle développe, avec sa cousine Odile, toute une série de ruses pour échanger des informations.